Voilà. Cette semaine, c’était la première rentrée des classes que j’effectuais avec ma fille aînée.

Déjà si grande ?

Il faut croire que oui. Elle a 3 ans et demi. Et c’est avec un pincement que je l’ai emmenée faire sa première rentrée scolaire. Sa première rentrée dans le système scolaire !!

.

Pourquoi ce pincement, me direz-vous ?
Pourquoi, alors qu’elle était gardée en collectivité depuis 3 ans ?
Pourquoi, alors que, moi-même, j’ai tant aimé et j’aime toujours apprendre et découvrir ?

Ces questions et cette légère sensation de peur au fond de moi sont arrivées il y a quelques jours. Je ne me serais jamais doutée de ça ! J’en étais même à ne pas comprendre les autres parents, pour tout dire… Et puis ça m’est tombé dessus.

.

Alors j’ai cherché à analyser.

A bien y réfléchir, mes mots vont être durs, je crois. Oui parce que j’ai trouvé, enfant, que le système scolaire était globalement violent pour ma personnalité. Violent et humiliant même. Alors que je n’aspirais qu’à respecter les règles, tellement je craignais l’autorité. Bon heureusement pas violent tout les jours, et pas de la même façon tous les ans. Mais ainsi.

Je parle de ça il y a 30 ans. Je parle autant des enseignants que des élèves et des effets de groupes. La violence et l’humiliation, c’était un peu partout, un peu tous les jours.

Après, j’y ai aussi vécu de très bons moments, je ne dis pas. Et je m’en suis très bien sortie, je ne nie pas. Mais avait-on besoin de cette violence pour apprendre à bien grandir ? #jedemande

Et je crois que c’est ce que je crains pour ma fille. De ne pas pouvoir l’en protéger.

Oui, j’aime John Lennon ! Et, à bien y regarder, je ne vois pas comment on pourrait faire que cette planète soit belle et peuplée de gens qui s’apprécient et se respectent, si on autorise (=on ferme les yeux quoi) les situations violentes et humiliantes dès les premières années d’école. Ça semble mal parti là, imaginez ! :/

.

Cela dit, j’ai quand même fait son cartable ;)

Pour tout vous dire, on a découvert la liste de fournitures lundi 24 août (oui c’est pas bien, mais la rentrée qu’il faut préparer au mois de juin, moi je ne peux pas. C’est comme la liste de Noël en août. Ce n’est pas possible).

Devant la liste des fournitures à apporter en petite section, j’ai un peu halluciné ! Surtout devant la mention « cartable devant contenir un cahier 24×32 cm ». Mais comment ça un cartable ? Elle ne rentre pas à Polytechnique que je sache ? (oui j’ai des références à la noix).

J’ai quand même cherché un peu, sur internet et dans quelques grandes surfaces. Conclusion : en plus d’être hideux ou avec la Reine-Machin-Chouette, les cartables sont énooormes ! Alors que faire ?

Comme je n’ai pas préféré me rebeller dès le premier jour (=retirer ma fille du système, mixer la liste de fournitures avec la purée, ou créer une poupée vaudou (tiens c’est en tissus ça… nan rien)), j’ai pris le parti de faire du yoga de lui en faire un, moi-même, de cartable !

C’est donc tout naturellement que lundi 31 août (oui j’avoue c’est mal mais bon c’est comme ça) j’ai commencé d’imaginer ce cartable, que j’ai terminé quelques (nombreuses) heures plus tard. Au moins, il me semble bien plus adapté à son utilisation et surtout à la taille de ma fille de 3 ans ;) !

… Je vous le montre ?

 cartable 24 x 32 tissu liberty toiles cirée et enduiteIl n’est pas très grand, juste ce qu’il faut pour contenir LE cahier grand format. Et en matières étanches, contre la pluie (parce que oui chez nous il pleut régulièrement). Bien sûr, il est en tissu liberty héhé ! Et, oui, il est floqué au prénom de ma fille ;) ! J’avoue, je me suis fait plaisir ^^

Alors bien sûr, ce cartable est à perfectionner (je peux encore entendre rire mon homme hein). Mais bon, pour un premier essai, il fera l’affaire. Surtout que si on lui demande, ma fille dit qu’elle aime son « sac à dos » ! Alors tant mieux ^^

Et vous, comment avez-vous ressenti la rentrée ? Avez- vous dû acheter un énoooorme cartable à votre enfant ?

.